Habillage fond de site

Il y a 250 ans, Tupaia rencontrait Cook

lundi 15 avril 2019

Cook et Banks à la table de la cheffesse Purea. (© Jean-Luc Massinon)

Cook et Banks à la table de la cheffesse Purea. (© Jean-Luc Massinon)

Samedi dernier, à la pointe Vénus, Tahiti tourisme a organisé une journée pour s’initier à la culture polynésienne, à l’occasion du 250e anniversaire de l’arrivée de James Cook dans la baie de Matavai, à Mahina. C’était le 13 avril 1769, un jeudi.

Sauf que c’est peut-être bien Tupaia, le Tahitien, expert en navigation traditionnelle et interprète des Européens, notamment en Nouvelle-Zélande, qui a volé la vedette au capitaine anglais.

Les amateurs d’histoire étaient surtout venus pour en savoir un peu plus sur celui qui est sorti de l’ombre depuis peu, mais pas encore entré officiellement dans les livres d’histoire.

 

La pointe Vénus décor idéal

 

Corinne Raybaud, docteur en histoire, a pu répondre à bien des questionnements lors d’une conférence, enrichie par les connaissances sur la navigation aux étoiles de Jean-Claude Teriierooterai.

Pour le reste, Tupaia n’aurait pas été peu fier que l’on mette en avant la culture polynésienne pour cet évènement. Les ateliers ont permis au public de vacanciers et de locaux de s’intéresser aux spécialités traditionnelles comme le tressage ou la confection de tapa.

Les touristes ont pu s’essayer au décorticage de noix de coco ou encore au javelot sur tronc de bananier, comme cela se faisait autrefois.

Le soir, les acteurs, danseuses, danseurs, musiciens et chanteurs ont joué parfaitement leur rôle. Tupaia a interagi avec le public. La troupe Nonahere, qui a travaillé les pas de danse anciens, a su faire entrer les spectateurs dans l’époque. Enfin, la plage de la pointe Vénus ne pouvait être un meilleur décor pour cette reconstitution, même si le phare illuminé n’existait pas encore en 1769.

 

LDT

 

Corinne Raybaud, docteur en histoire : “Tupaia est entré dans l’histoire des gens qui écrivent”

(© Jean-Luc Massinon)

(© Jean-Luc Massinon)

Aujourd’hui, on fête l’arrivée de Cook, mais on parle davantage de Tupaia. Que sait-on de ce Tahitien ?

En qualité d’historienne, je dirais que l’on sait peu de choses de Tupaia. On ne connaît, à peu près, qu’un an et demi de sa vie. C’est-à-dire au moment où il a embarqué, en juillet 1769, sur le bateau de Cook, l’Endeavour, jusqu’à sa mort, en novembre ou décembre 1770. Cette année et demie de la vie de Tupaia est relatée dans les journaux de bord de Cook, de Banks et de quelques autres.

Concernant sa vie d’avant, on a aperçu Tupaia en 1767, lors du passage de Wallis. Car Wallis le nomme et signale qu’il est en présence de Purea, celle que le navigateur anglais considère comme la reine. C’est donc à ces deux moments-là que l’on observe Tupaia. Pouvoir en déduire toute sa vie, c’est bien compliqué.

 

Tupaia a-t-il alors sa place dans les livres d’histoire ?

Oui, il doit intégrer les livres d’histoire car c’est par son voyage avec Cook et Banks qu’il est entré dans l’histoire. Il est entré dans l’histoire des gens qui écrivent.

Grâce à ce voyage et grâce à son audace et sa volonté d’embarquer, Tupaia a permis aux Européens, même si cela n’a pas eu un grand retentissement au début, de découvrir les mondes océaniens et polynésiens, et une autre façon de penser.

 

Il y a peut-être d’autres Tupaia ignorés de l’histoire ?

Oui. Le problème, c’est qu’il s’agit d’une société de tradition orale. Ils n’écrivaient pas leur histoire. Ça ne veut pas dire qu’ils n’avaient pas d’histoire car ils ont vécu énormément de choses, avec des personnages très certainement extrêmement importants et intéressants, autant et peut-être plus encore que Tupaia.

Mais malheureusement, on ne les connaît pas parce qu’il n’y a pas eu d’écrits. Il faut attendre la venue des Européens pour qu’ils racontent et qu’ils écrivent.

 

Pourquoi ne parle-t-on finalement que des Pomare dans les programmes d’histoire ?

Les Pomare surgissent avec les missionnaires, et c’est cette alliance qui va faire la dynastie des Pomare. Eux entrent dans l’histoire.

Mais avant eux, on n’en connaît quasiment pas. Ils existaient, ils ont vécu leur vie, mais malheureusement, comme ils n’ont pas écrit leur histoire, elle n’est pas arrivée jusqu’à nous.

 

Comment peut-on faire entrer Tupaia dans les livres d’histoire ?

Après cet évènement des 250 ans, je pense qu’il faudra au moins tenter de décrire Tupaia d’un point de vue historique, avec les éléments dont on dispose. Il faut signaler qu’il a montré aux Européens qu’il avait des connaissances en matière de navigation.

Et ce que l’on a pu vérifier, ce sont ses qualités de communication et d’interprète avec les Polynésiens, et particulièrement avec les Maoris.

 

2

Comme l’a dit un participant : “Tout est dans le poignet”. (© Jean-Luc Massinon)

patia fa tuaro

Patia fa comme avant, contre un bananier. (© Jean-Luc Massinon)

pirogue à voile

Le public pouvait tester gratuitement la pirogue à voile dans la baie de Matavai. (© Jean-Luc Massinon)

cook arrivée pointe vénus tupaia

En 1769, le phare n’existait pas encore, mais la plage de la pointe Vénus convenait parfaitement à cette cérémonie. (© Jean-Luc Massinon)

minos teiva manoi

Tupaia interprété par Minos. (© Jean-Luc Massinon)

arriveé cook pointe vénus

Faute de chaloupe, arrivée en pirogue du navigateur anglais et du chef de l’expédition scientifique. (© Jean-Luc Massinon)

pointe vénus tiki

L’ambiance s’est installée à la tombée de la nuit. (© Jean-Luc Massinon)

1 4 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete