Habillage fond de site

Il y a un siècle, la grippe espagnole débarquait à Tahiti et tuait 3000 Polynésiens.

jeudi 15 novembre 2018

Le navire à vapeur Navua, par lequel le virus de la grippe espagnole est arrivé à Papeete le 16 novembre 1918. Le début d’une tragédie pour tout l’archipel de la Société.

Le navire à vapeur Navua, par lequel le virus de la grippe espagnole est arrivé à Papeete le 16 novembre 1918. Le début d’une tragédie pour tout l’archipel de la Société.

La grippe espagnole est arrivée à Papeete par un navire, le vapeur Navua, le 16 novembre 1918, il y aura exactement un siècle ce vendredi.
Le terrible virus a tué plus de 3000 personnes, surtout les Polynésiens de souche. La population de la seule île de Tahiti était alors estimée à environ 12 000 personnes. Grâce à des mesures de quarantaine, l’épidémie est restée limitée aux îles de la Société et à quelques atolls, en particulier Makatea. Les Marquises et les Australes ont été totalement épargnées.
Les autorités n’ont pas réagi immédiatement : des informations sur la gravité de cette grippe n’étant arrivées que le 21 novembre, par un message transmis des îles Samoa par TSF. La population, occupée à célébrer l’armistice du 11-Novembre n’a guère accordé d’importance à la nouvelle d’une épidémie. Durant un mois, elle a vécu l’enfer.



Dans son édition de ce vendredi 16 novembre, la Dépêche de Tahiti consacre un dossier à cette page tragique de l’histoire polynésienne.
– Le récit du drame humain qui a été à l’origine d’une violente querelle entre l’administrateur et les élus locaux. Faute de bras pour enterrer les morts, on a brûlé les cadavres ou on les a jetés à la mer…
– Des estimations du nombre de victimes, considérable. L’importance de la mortalité aux îles de la Société en 1918 n’a rien de comparable à ce qu’elle a été en France : un niveau 10 à 20 fois plus élevé selon les âges ! 

– Le témoignage terrifiant d’un témoin direct en 1918. Berthe Rougier a décrit à l’époque ce qu’elle voyait dans les rues de Papeete et sur l’île de Tahiti : partout la mort et la désolation.

– Les explications d’une épidémiologiste, Marine Giard, du bureau de veille sanitaire. Le scénario d’une pandémie grippale est toujours d’actualité, mais le contexte a évolué depuis 1918, et les pays sont mieux préparés.



Damien Grivois

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete